Rene Caisse_tisane EssiacRien ne prédisposait Rene Caisse, une infirmière originaire d’une petite ville de l’Ontario à devenir l’une des figures emblématiques de la naturopathie canadienne. C’est pourtant cette jeune femme qui va promouvoir dans les années 1920 une tisane dont la réputation gagne très vite tout le Canada du fait de ses vertus anticancéreuses.

Une origine mystérieuse

La façon dont Rene Caisse a mis au point la formule est entourée de mystère : une version raconte qu’elle l’aurait obtenue d’un Indien Ojibwé. Une seule chose est sûre, à partir de 1922, Rene Caisse utilise cette recette, qu’elle baptise Essiac (son nom épelé à l’envers), pour soigner les gens atteints du cancer, ou pour améliorer leur qualité de vie. Elle ouvre une clinique à Bracebridge, sa ville natale. La plupart des patients ont subi un échec des traitements classiques comme la chirurgie ou la radiothérapie. Bien que cette tisane n’ait jamais fait l’objet d’essais cliniques concluants, de nombreux malades ont témoigné de leur guérison. Elle est composée de racine de bardane (Arctium lappa), d’écorce d’orme subéreux (Ulmus fulva), de feuilles de petite oseille (Rumex acetosella), et de racine de rhubarbe indienne (Rheum officinale), mais ses proportions sont toujours restées secrètes. Selon Rene Caisse, elle agirait en soutenant le système immunitaire.

Hors la loi

Durant toute sa vie, Rene Caisse est alternativement tolérée et persécutée par les autorités médicales canadiennes. En mars 1938, le gouvernement recule devant une pétition rassemblant 55 000 signatures. On lui permet de continuer traiter le cancer en Ontario. Mais en 1942, malgré le soutien du public, elle se voit légalement contrainte de fermer définitivement sa clinique. Elle continue néanmoins à préparer sa décoction qu’elle distribue en cachette aux malades jusqu’à sa mort en 1978, à l’âge de 90 ans ! Avant de mourir, elle révèle la recette au dirigeant d’une société canadienne, Resperin Corporation Limited. En 1995, cette société est dissoute et remplacée par Essiac Canada International qui distribue toujours le produit sous forme de gélules, d’extrait liquide ou de poudre."

Article de Benoîte Taffin

Extrait du Magazine « Plantes & Santé » n° 113 – mai 2011 (p44) Tisane Essiac pour soutenir le système immunitaire

Selon certaines approches médicales, le cancer serait le résultat d’une défaillance du système immunitaire. Théorie corroborée par les résultats des recherches de d'Alexandre Corthay et Bjarne Bogen, chercheurs à l'Institut d'Immunologie d'Oslo, publiés en 2005.

La petite oseille et la racine de bardane sont connues pour leurs propriétés anti tumorales, tandis que la racine de rhubarbe indienne et l’écorce d’orme apportent un puissant soutien au système immunitaire et favorisent la détoxication des organes touchés.

Bien que des centaines de patients aient témoigné d’une guérison totale et aient relaté comment ils ont débarrassé leur corps du cancer avec la tisane Essiac, alors que les traitements anticancéreux conventionnels avaient échoué, aucune étude clinique n’a pu démontrer son efficacité.

La tisane Essiac est souvent utilisée en combinaison avec les traitements traditionnels du cancer, tels que la chimiothérapie, la radiothérapie et la chirurgie. Mais depuis juin 2009, l'agence américaine du médicament (FDA) ayant reproché à Essiac Canada International de commercialiser un produit présenté abusivement comme curatif du cancer, la tisane Essiac est actuellement vendue comme « une formule à base d’herbes qui aide à soutenir le système immunitaire ».

Essiac, tisane immunostimulante