Le bouleau (Betula alba)

Bouleau, arbre de lumièreLe bouleau est un arbre pouvant atteindre jusqu’à 25 mètres de hauteur. Son écorce blanc argenté dans sa jeunesse, se gerce et se détache en lanières après une vingtaine d’années. Le genre Betula (bouleaux), compte environ 25 espèces qui poussent dans les régions froides et tempérées de l’Europe, l’Amérique du Nord, l’Asie centrale et septentrionale. Même s’il préfère les terrains sablonneux, il s’adapte aux sols les plus pauvres, à la sécheresse ou à l’humidité extrême, résiste très bien au froid et se ressème de lui-même sur les terres dénudées. C’est un arbre de lumière qui ne tolère nullement l’ombre.

Parties utilisées

Le bouleau est un arbre qui fut largement utilisé depuis les temps les plus reculés. On en a fait des arceaux pour les futailles, des corbeilles, des jantes de roues, des cordes, des sabots, des balais, du parchemin... de la bière. On a couvert des cabanes avec son écorce.

Au niveau thérapeutique, les feuilles, les bourgeons, l'écorce, les chatons et la sève du bouleau sont connus pour leurs propriétés diurétique et dépurative générale.

La sève de bouleau, un cadeau de Dame Nature

L’énergie du printemps est une énergie très dynamique, un jaillissement qui va mobiliser les phénomènes naturels dans la nature autour de nous, comme dans notre corps.

L’organe qui gère l’énergie du printemps est le foie. Responsable de la mise en mouvement et de la force musculaire, c’est le premier à mettre fin à l’inertie de l’hiver, mais également le premier à subir le contrecoup, qui peut se traduire par divers maux. Notamment : fatigue chronique, maux de tête, nausées, vertiges, difficultés digestives.

La sève de bouleau se récolte au printemps, au moment de sa montée. C’est un liquide très clair, semblable à de l’eau légèrement sucrée à l’état frais, qui fermente et devient acidulée après quelques jours. Cette nouvelle sève qui réveille les rameaux endormis du bouleau arrive au moment précis où l’organisme humain, sortant de l’hiver, a besoin de nettoyer ses déchets.

Le sang qui comme la sève de bouleau, se ranime est chargé des toxines accumulées pendant la stase hivernale. La cure printanière de sève de bouleau, permet de mettre son corps en harmonie avec la nature et ses rythmes.

Propriétés de la sève de bouleau

La consommation de la sève de bouleau est une pratique ancestrale dans la plupart des pays nordique, où elle a entre autres, été source de nourriture pour plusieurs peuples autochtones après un hiver rigoureux.

Depuis des temps immémoriaux, elle a été et est encore utilisée à des fins médicinales dans diverses régions du monde dans le but de prévenir ou de traiter différentes maladies.

Au 12ème siècle, l’abbesse Hildegarde de Bingen lui reconnaissait beaucoup de propriétés et la recommandait pour les ulcères. Elle fut utilisée pour combattre la jaunisse et préconisée contre la gale et le scorbut.

Remarquable draineur de l’organisme, elle active la diurèse et l’élimination des déchets organiques : acide urique, urée, cholestérol. Favorise l’épuration et le drainage des émonctoires : foie, reins, poumons, peau.

Elle est aussi vermifuge, détersive (capable d’éliminer les impuretés) et antilithiasique (qui s’oppose à la formation de calculs rénaux ou/et contribue à les dissoudre).

Son action est reconnue sur le système osseux (ligaments, cartilages, articulations). C’est un remède précieux dans les affections rhumatismales, les inflammations urinaires et la goutte.

Elle est utilisée avec succès chez les personnes souffrant de rétention d’eau et contribue à éliminer la cellulite et les œdèmes.

Son action est très utile dans les affections cutanées (eczéma, couperose, dartres, acné), en usage interne et externe.

Riche en minéraux et oligoéléments, notamment : Potassium ; Calcium ; Sodium ; Manganèse ; Fer ; Cuire ; Zinc, présents sous forme ionisée et donc facilement assimilable, la sève de bouleau est également utilisée comme tonique favorisant l’état général, efficace dans les périodes de perte d’énergie et de fatigue.

Eau de jouvence

Cette eau biologique vivante, dynamisée par son passage à l’intérieur de l’arbre et chargée en minéraux, possède assez d’énergie pour purifier et régénérer notre eau intra et extra cellulaire, contribuant ainsi au bon fonctionnement des cellules de notre organisme.

De cette véritable eau de jouvence, Pierre François Percy, chirurgien militaire des armées de Napoléon, déclarait déjà: « Dans tout le nord de l’Europe, jusqu’aux confins de la Russie, l’eau de bouleau est l’espoir, le bonheur et la panacée des habitants riches ou pauvres, grands et petits, seigneurs et serfs…

...Les maladies de la peau, boutons, dartres, couperoses, etc, lui résistent rarement. C’est un remède précieux dans les affections rhumatismales, les reliquats de goutte, les embarras de la vessie et une foule de maladies chroniques. »

La cure de sève de bouleau

Particulièrement recommandée en cure de printemps, mais aussi en toute saison, la sève de bouleau est à prendre de préférence le matin. Elle peut être diluée dans un litre d'eau, à boire durant la journée en dehors des repas. Pour obtenir un effet optimum, une cure minimum de vint-et-un jours est indispensable, à raison d'un verre de sève pure par jour, à répartir en deux ou trois prises, avant les repas.

Associée aux bourgeons de bouleau qui renforcent son action et accélèrent l'élimination des déchets organiques, une à deux cuillères à soupe par jour du mélange suffit.

La cure peut peut être répétée trois fois de suite au début du printemps, avec une semaine d'interruption entre chaque période de trois semaines.

Il est évidemment plus efficace d'accompagner cette cure d'une légère diète, avec alimentation pauvre en aliments d'origines animales (viandes, produits laitiers) et en sucres !