Une médecine olfactive et holistique

aromatherapie-olfactive.jpgLes huiles essentielles évoquent tout un monde d’odeurs, de senteurs et sont couramment utilisées pour parfumer l’atmosphère, plonger une pièce dans une ambiance agréable. Mais on y pense moins souvent, la voie olfactive est aussi une voie d’administration qui permet d’obtenir de véritables effets thérapeutiques. Les HE pénètrent par les narines, cheminent par le nerf olfactif jusqu’au cerveau limbique, siège de l’olfaction, sens où la conscience est en retrait, laissant place aux émotions.

Les huiles essentielles touchent ainsi un lieu de notre cerveau très important. On sait aujourd’hui que des odeurs subliminales comme les phéromones, ne faisant pas l’objet d’une représentation consciente, parviennent à modifier le comportement humain et/ou animal. Ainsi, par l’olfaction, nous pouvons retrouver un certain calme, dénouer certaines tensions, avoir accès à certaines émotions – comme le souvenir d’une personne disparue.

Si son fonctionnement est déroutant, l’odorat est un sens primitif qui ne doit pas être négligé comme c’est encore bien souvent le cas aujourd’hui. Cette voie olfactive est une des voies d’excellence des huiles essentielles, puisqu’il s’agit des principes odorants volatils par excellence. Cette voie offre aussi l’avantage de ne présenter ni passage hépatique ni absorption intestinale, ce qui est parfois préférable.

On y aura recours pour traiter les systèmes nerveux, gérer les émotions, tempérer le stress, modifier le comportement et le niveau énergétique de l’organisme. Car une huile essentielle, au-delà de l’ensemble de molécules aromatiques qu’elle constitue, de son information olfactive, est aussi un composé vivant qui vibre sur le plan énergétique (par échange d’électrons et de protons) en véhiculant à l’organisme sur lequel elle se trouve une énergie propre.

Molécules, information, énergie : voilà un ternaire bien complet pour envisager de prendre soin de l’être humain dans toutes ses dimensions, en fonction de son propre terrain, de son propre niveau vibratoire et de son histoire personnelle.

Auteur de l’article : Aude Maillard avec Isabelle Saget. Source : Plantes & Santé n°134 – avril 2013 – Extrait du dossier Les huiles essentielles médecine du futur.

Le sens olfactif

Le sens olfactif est le premier qui soit sollicité par un travail aromathérapeutique.

…Contrairement aux autres sens, l’odorat est le seul qui soit en liaison directe avec le cerveau. Les senteurs ne sont ni filtrées, ni censurées par nos centres cérébraux conscients. Elles intègrent directement le système limbique, qui commande de nombreuses fonctions corporelles comme la régulation thermique, la faim ou la soif.

Le système limbique est aussi le siège de toutes nos émotions et de nos mémoires. C’est par notre odorat que les souvenirs, les mémoires de cette vie mais aussi des vies précédentes peuvent être réveillées. Notre «raisonnement cartésien » n’y a pas place.

… De manière générale, beaucoup d’huiles essentielles pures et naturelles déclenchent, en diffusion, avant tout joie et enthousiasme. Antidépressives, elles augmentent la production d’endorphines, stimulant ainsi les sensations de bien-être physique et psychique. Nous nous sentons bien dans notre peau si la production d’endorphines fonctionne bien.

Extrait du livre L’aromathérapie énergétique – Guérir avec l’âme des plantes, de Lydia Bosson & Guénolée Dietz.

L’olfactothérapie

La méthode qui consiste à sentir (au flacon ou au bouchon) une huile essentielle avec une intention thérapeutique s’appelle Olfactothérapie ou Aromathérapie olfactive ; la méthode qui élargit cette intention et qui consiste en plus à s’en parfumer ou à diffuser les huiles essentielles et généralement dénommée Olfactologie ou Aromatologie olfactive. Quand la première se donne pour but de couvrir le champ de la santé et du bien-être, la seconde y inclut aussi toutes les méthodes et les utilisations des huiles essentielles qui mènent au plaisir des fragrances… et qui permettent, en terme de prévention, de maintenir chacun en aussi bonne santé que possible.

L’olfactothérapie (et dans une moindre mesure l’olfactologie) est bien une méthode de soin, parfois sollicitée par le médecin, pour obtenir un résultat grâce aux huiles essentielles de plantes ; elle s’adresse plus particulièrement au plan psycho-émotionnel de la personne. Car l’huile essentielle, comme le confirment les recherches scientifiques dont nous émaillons notre propos, est un véritable médicament qui renferme jusqu’à plusieurs centaines de variétés de molécules ; lesquelles développent seules ou en synergie avec les autres, des vertus nombreuses et indéniables : antiseptiques, bactéricides, immunostimulantes, calmantes, relaxantes, décongestionnantes… Les huiles essentielles sont déjà très efficaces par la simple olfaction ; elle s’adressent alors plus spécifiquement au mental et aux émotions, comme de nouveaux repères qui, par le plaisir des fragrances, viennent enrichir d’un supplément d’âme l’existence quotidienne.

Extrait du Guide de l’Olfactothérapie – les huiles essentielles pour soigner notre corps et accompagner nos émotions de Guillaume Gérault, Jean-Charles Sommerard, Catherine Béhar et Ronald Mary

Pour en savoir davantage :

Les huiles essentielles à respirer : Purifier la maison, se soigner… toutes les clés du bien-être par Danièle Festy. Un guide pratique pour découvrir les 30 meilleures huiles essentielles à respirer et comment s'en servir. [1]

Rappel : Même si les huiles essentielles inhalées peuvent apporter soulagement des troubles au niveau physique, énergétique, émotionnel, mental, elles ne visent pas à remplacer un suivi ou traitement médical s’il est nécessaire.

Notes

[1] Un clic sur la photo du livre vous permettra d'en consulter gratuitement un extrait sur Amazon.